Océanite cul-blanc

Catégorie: 
Taille (hauteur): 
22 cm
Poids: 
40 à 50 gr
Présence: 
Espèce rare / Accidentelle
Longévité: 
24 ans

Présentation

Océanite cul-blancL'Océanite cul-blanc ou Pétrel cul-blanc de son nom scientifique Oceanodroma leucorhoa est une espèce d'oiseaux de mer de la famille des Hydrobatidae.

Cet Océanite noir de taille moyenne est remarquable par sa queue profondément fourchue et son croupion recouvert d'une large tache blanche.

La tête, la majorité des parties supérieures y compris les convertures alaires et la queue sont noirs sombres.

Le dessus de l'aile est souvent recouvert par une large tache pâle formée par la base gros chamoisé des grandes et des moyennes couvertures.

Au niveau des rémiges secondaires et tertiaires jusqu'au croupion en passant par les sus-caudales c'est la couleur blanche qui domine.

Le bec est noir avec l'extrémité de la mandibule supérieure léèrement crochue et les narines apparentes.

Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts palmés sont noirs.

Le mâle et la femelle sont identiques.

Il y a 4 sous-espèces qui diffèrent par la taille et la couleur du croupion.

Le juvénile ressemble à l'adulte.

Cris et chants

Océanite cul-blancLes Océanites cul-blanc vocalisent quand ils sont à l'intérieur des colonies ou encore quand ils sont à terre ou dans les airs. Quand ils sont en mer, ils sont beaucoup plus silencieux. A l'intérieur des colonies elle prononce un rontonnement prolongé émis à l'intérieur du terrier « r-r-r-r-r-r-r-r-r-r-r-r-r-r-r... » augmentant en tonalité et finissant sur un « whee » bref avat de repéter ce son d'une voix plus basse.

L'Océanite cul-Blanc produit également un rire ou un cri rauque et étouffé « par-kiki-kar-koo whuk-kuk-kuh-kuh-kuh ». Au cours de ce cri, l'oiseau fait des pauses courtes entre chaque phrase.

Présence en Martinique

L'Océanite cul-blanc est un oiseau rare en Martinique. Sa présence dans l'île est jugée accidentelle. C'est en effet une espèce qui est plus présente dans les Grandes Antilles et qui est rare dans les Petites Antilles. C'est une espèce qui migre dans la Caraïbe mais plus en Amérique du Sud (Brésil et Guyanes) de Janvier à Juillet.

Cette espèce vit surtout dans les eaux tropicales, tempérées et glaciales de l'hémisphère Nord. Elle franchit l'équateur au niveau de l'Afrique et se poursuit jusqu'au cap de Bonne Espérance.

L'Oceénite cul-blanc vit bien évidemment en mer en particulier les océans. C'est une espèce pélagique (océanique) qui ne s'approche des côtes que quand elle est en colonie. Autrement généralement elle reste à 50-60 km des côtes. Il se reproduit sur les côtes des îles, sur les versants escarpés des zones montagneuses. Il apprécie particulièrement les lieux rocheux et les sols mous qui sont situés entre les racines des arbres. En période estivale, il niche et se nourrit aussi dans les prairies.

Régime alimentaire

Océanite cul-blancLes Océanites cul-blanc se nourrissent essentiellement de poissons, en particulier de lançons et de myctophidés nocturnes. Mais ils consomment également des calamars, du plancton, des crustacés, des insectes aquatiques tels que les halobates et des déchets qui sont capturés des airs en plongeant, pataugeant et écrèmant.

Les Océanites cul-blanc recherchent de la nourriture et se nourrissent de jour et de nuit.

Pendant la période de reproduction, ces océanites parcourent des distances de plus de 100 km pour se nourrir. Ces longues expéditions peuvent parfois durer 5 à 6 jours.

Protection et menaces

La population mondiale d'Océanite cul-blanc est abondante et répandue. Elle est estimée à plus de 20 millions d'individus dont 1 million en Afrique du Sud, 3 millions en Alaska, 15 millions en Colombie Britannique et 350 000 aux Kouriles. Au nord du Japon, les colonies nicheuses sont évaluées entre 400 000 et 1 million de couples. Plus de 5 millions de couples vivent dans le nord-ouest de l'Atlantique.

Avec une population aussi importante, l'espèce n'est pas menacée. Cependant, elles souffrent de la prédation des goélands mais aussi des labbes. Les populations férales de chats et de rats ont un impact non négligeable sur les populations.

En Martinique, l'Océanite cul-blanc est une espèce protégée. Il est interdit de la chasser ou de la prélever de son espace naturel conformément à l'arrêté du 17 février 1989 statuant sur les espèces sont la chasse est autorisée en Martinique.

Corps de l'oiseau

AZ Martinique vous propose cette fiche avec les parties du corps de l'oiseau afin de mieux comprendre nos descriptions des oiseaux que nous présentons ci-contre.

Parties du corps de l'oiseau

Publicités Google