Pourquoi est-ce le 10 Mai que la France commémore l'esclavage ?

Abolition de l'esclavage, peinture d'Auguste BiardChaque 10 mai depuis 2006, la France commémore l'esclavage. Cette date qui continue d'être contestée a été établie après de longs débats et a fait consensus après des années de discussions entre historiens, hommes politiques et associations de la cause noire. Comment cette date a-t'elle été choisie ?

L'aboutissement pour que l'esclavage soit reconnu comme étant un crime contre l'humanité a été long. Cela d'ailleurs duré des années. Tout commence deux ans après l'élection de François Mitterrand à la Présidence de la République, en 1983 quand un décret prévoit que l'abolition de l'esclavage serait abordée dans tous les établissements d'enseignement français pendant une heure de cours à une date fixée.

La même année, François Mitterrand entérine une date spécifique à chaque département d'outremer pour commémorer l'esclavage suite à une demande des assemblées locales. Il établit que cette journée sera chômée et fériée. En Martinique c'est la date du 22 mai qui est retenu en référence au jour où les esclaves suite à une révolte massive dans les plantations de Saint-Pierre arrachent leur liberté. Face à la révolte, le Gouverneur de l'époque n'avait eu d'autre choix que d'abolir l'esclavage de manière immédiate.

En 1998, suite à la commémoration du 150ème anniversaire de l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises, une proposition de loi est déposée par le Parti communiste pour tenter d'officier une date précise dans le calendrier commémorer l'abolition de l'esclavage en métropole.

Christiane TaubiraEn 1999, une proposition de loi est discutée avec comme rapporteur, Christiane Taubira, députée de Guyane. Elle est votée à l'unanimité en première lecture à l'assemblée. Les sénateurs proposent des amendements qui seront rejetés par les députés en seconde lecture.

En 2001, la loi est adoptée en seconde lecture par les sénateurs ...le 10 mai. Elle reconnaît comme crime contre l'humanité la traite et l'esclavage pratiqués à partir du 15ème siècle sur les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes.

En 2004, le comité de travail défini par la loi (Comité Pour la Mémoire de l'Esclavage (CPME)) présidé par Maryse Condé propose la date du 10 mai en référence au jour où les sénateurs ont adopté définitivement la loi. Les autres dates proposées (4 février, date de la proclamation de la première abolition de l'esclavage (1794), 27 avril, date de proclamation de la seconde abolition de l'esclavage n'avaient pas fait l'unanimité (1848)).

Chirac commémoration de l'esclavage en 2006C'est en 2006 que la date du 10 mai serait officialisée et que les premières commémorations auront lieu au Palais du Luxembourg en présence du Président de la République, Jacques Chirac et de Christiane Taubira dont la loi portera son nom.

Les commémorations se font uniquement au plan national. Chaque année, le Président de la République avec des associations noires de France, des élus et des personnalités noires participent aux manifestations qui ont lieu au Jardin du Luxembourg.

En Martinique, aucun évènement n'est organisé à cette date du 10 juin. C'est le 22 mai que l'île commémore trois siècles douloureux de son passé.

Enfin au niveau international, aucun autre pays du monde n'a de loi mémorielle stipulant que l'esclavage est un crime contre l'humanité. L'ONU fixe elle la « Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage » au 2 décembre, alors que l'UNESCO retient le 23 août en souvenir de la nuit du 22 au 23 août 1791 où éclata à Saint-Domingue une révolte d’esclaves prélude à l’indépendance du pays.

Publicités Google