Pourquoi parle-t’on créole à Trinité-et-Tobago ?

Trinidad et la MartiniqueTrinité-et-Tobago est éloigné de la Martinique de 441km (distance à vol d’oiseau entre Fort-de-France le chef-lieu de la Martinique et Port-of-Spain la capitale de Trinité-et-Tobago) pourtant si vous vous rendez dans l’île la plus méridionale de la Caraïbe vous entendrez un créole proche de celui parlé en Martinique. En fait, tout cela est dû au passé de l’ancienne colonie espagnole puis britannique. Vers 1530, la Couronne espagnole envoie des hommes s’installer à Trinidad. Leur leader, Antonio de Sedeño quitte les côtes espagnoles avec une petite armée d’hommes dans le but de coloniser l’île. Les Indiens Caraïbes qui vivaient sur l’île sont progressivement exterminés. Vers 1700, Trinidad devient une province de la Vice-Royauté de la Nouvelle-Espagne avec l’Amérique centrale mais un problème majeur reste à régler : le manque de population. Un Français vivant à Grenade, Phillipe Rose Roume de Saint-Laurent obtient de la Couronne espagnole un « certificat de population » (Cédula de Población) en 1783. Il autorisait uniquement les Français qui possédaient des esclaves ou les mulâtres et libres de couleur des îles de Grenade, la Martinique, la Guadeloupe, la Dominique et Sainte-Lucie à s'installer dans l’île de Trinidad. Les seules contreparties pour les Français étaient qu’ils devaient être des catholiques romains et prêter serment à la Couronne Espagnole. En échange, les Espagnols mettaient en place des mesures incitatives en leur offrant la citoyenneté espagnole, une exonération d’impôts pendant 10 ans et des concessions de terre qu’ils pouvaient exploiter comme ils le souhaitaient. Cédula de PoblaciónDurant la Révolution Française de très nombreux Français avec leurs esclaves, des libres de couleur ou des « mulâtres » venant des îles cités précédemment, dont la Martinique, s’installèrent à l’île de la Trinidad. L'enjeu principal pour les libres de couleur et les mulâtres était de se voir octroyer un statut qu'ils n'avaient pas en Martinique. Bien qu'étant libres, ils n'avaient pas le statut et les avantages dont jouissaient les Français. La population de Trinidad passa ainsi de 1400 en 1777 à environ 15 000 en 1789. En 1797, l’île est ravie aux Espagnols par les Britanniques avec une importante population parlant le français et aussi le créole que l'on pouvait entendre dans les anciennes colonies françaises. Les Anglais acceptèrent l'accord (Cédula de Población) signé alors que l'île était espagnole. Ainsi, peu de distinction était faite entre les Blancs et les hommes libres de couleur. Ces derniers obtenaient même des terres qu'ils pouvaient cultiver. Au bout de 5 ans de résidence, ils devenaient citoyens. C'est ainsi que des anciens « martiniquais » se sont retrouvés à Trinidad emportant avec eux leur culture et leurs langues....

Publicités Google