Saint-Pierre

  • Situation géographique
    Code Postal:
    97250
    Maire:
    Christian Rapha
    Nombre d'habitants:
    4 285 hab. (Janvier 2013)
    Superficie:
    38,72 km²
    Présentation

    Histoire

    Saint-Pierre est une commune du nord caraïbe de la Martinique. Elle est située au nord du Carbet et Fonds-Saint-Denis, à l'ouest du Morne-Rouge, Ajoupa-Bouillon et Basse-Pointe et au sud de Macouba et Grand'Riviere et le Prêcheur

    Saint-Pierre doit son nom à l'apôtre éponyme, le saint patron de son fondateur Pierre Belain d'Esnambuc.

    L'histoire de Saint-Pierre remonte aux débuts de l'île. Le 15 septembre 1635, le flibustier Pierre Belain d'Esnambuc débarque dans la rade de Saint-Pierre avec 150 hommes prévus pour coloniser l'île. C'est la première colonisation permanente de la Martinique par des Européens.

    Après s'être installé dans la région de Saint-Pierre, les premiers colons de Martinique partent à la conquête du reste de l'île. Ils souhaitent réduire les Indiens Caraïbes qui s'y trouvent en esclave mais ceux-ci fuient les lieux ou préfèrent encore se suicider sur un lieu aujourd'hui symbolique du nord de la commune, le Tombeau des esclaves. Cette dernière information s'est révélée être une légende mais le lieu existe cependant.

    Peu après l'installation des Français, ces derniers construisent un fort, une église, un port de commerce et des habitations. Diverses cultures alternent en fonction des produits phares du moment : tabac, roucou, indigo, cacao puis la canne à sucre vers la moitié du 17ème siècle.

    Saint-Pierre prospère en même temps. Elle devient la ville des élites, de la riche bourgeoisie coloniale. Elle est dès le départ la capitale administrative de l'île car elle la ville d'accueil du Palais du Gouverneur. L'hôpital est établi en 1665

    En 1671, la ville est détruite par un incendie.

    En 1692, le Palais du Gouverneur est transféré a Fort-Royal et Saint-Pierre perd ainsi son statut de capitale administrative mais reste la capitale économique et le centre culturel de la Martinique jusqu'en 1902.

    En 1760, la ville se dote d'une chambre de commerce et d'agriculture qui envoie un député à Paris.

    20 ans plus tard, en 1780,  un fort ouragan produit un raz-de-marée de 7,6m qui inonde la ville en detruisant toutes les maisons et tue 9000 personnes.

    En 1789, les Pierrotins soutiennent le pouvoir révolutionnaire contre les Békés qui sont partisans de la Royauté.

    Saint-Pierre s'était développée grâce à l'industrie sucrière et au commerce d'esclaves. La ville attire des navires et des marchands du monde entier. Une riche bourgeoisie commerçante prend essor qui fait construire des maisons de campagne au dessus de Saint-Pierre au Morne-Rouge pour profiter de la fraîcheur le dimanche. Ils modernisent la ville en la dotant d'équipements publics et de loisirs n'ayant rien à envier à ses modèles européens.

    Surnommée le « Petit Paris », le « Paris des Isles », la « Perle des Antilles » ou encore la « Venise tropicale ». Saint-Pierre était aussi bien la capitale économique et culturelle de toutes les Antilles.

    En 1900, c'est la seule ville de la Caraïbe qui possède un réseau d'éclairage électrique, un tramway hippomobile, une chambre de commerce, l'un des premiers asiles soignant les aliénés, un jardin botanique, un port très actif et un théâtre de 800 places construit en 1786 sur le modèle du grand théâtre de Bordeaux.

    Déficitaire, le théâtre est ferme en 1901.

    La ville de Saint-Pierre au sommet de sa gloire allait pourtant être réduite en cendres. Le 8 mai 1902, le volcan de la Pelée rentre en éruption et detruit grandement la ville. Tous ses habitants sont tues soit victimes de la forte explosion qui a précédé le volcan, les odeurs de la nuée ardentes ou encore les coulées de lave. L'éruption de la Pelée fera 32.000 victimes et deviendra la plus grosse catastrophe naturelle de l'histoire de l'ile. Seuls 3 survivants résistent a la tragédie.

    Plusieurs éruptions auront lieu la même année mais comme la ville s'était vidée de ses habitants, les victimes ont été moindres par la suite. Les dégâts matériels seront encore plus importants lors de l'éruption d'août que celle du 8 mai 1902.

    Fort-de-France devient la seule capitale de la Martinique. Elle concentre a la fois les pouvoirs administratifs et devient le coeur économique de l'ile.  L'Etat français organise un pillage pour récupérer l'or et les numéraires des banques de Saint-Pierre. Même les bijoux se trouvant sur les cadavres sont arraches avec la promesse (non tenue) de les restituer aux familles des défunts.

    Les fontaines, statues, le marbres et même les canons sont prélevés.

    Saint-Pierre reste inhabitée pendant des années. Le 15 Février 1910, Saint-Pierre est rayée de la carte des communes de France.

    Il faut attendre les années 1920 pour que les premiers habitants reviennent s'installer dans la ville et 1923 pour que Saint-Pierre redevienne à nouveau une commune. Elle est progressivement reconstruite. La Chambre de commerce est reconstruite a l'identique et est actuellement l'un des plus beaux ouvrages architecturaux de la ville.

    En 1990, Saint-Pierre est labellisée ville d'Art et d'Histoire. Le 8 Mai, journée fériée en Martinique pour commémorer l'armistice de la Seconde Guerre Mondiale est également une journée pour se remémorer la plus grosse catastrophe naturelle de l'ile.

    Aujourdhui, Saint-Pierre et son histoire attire de nombreux touristes.

     

    Galerie photos
    Baie de Saint-Pierre

Liste des lieux à visiter dans la commune