D'où vient la tradition des « Chanté Nwel » ?

Si vous visitez la Martinique entre la Toussaint et Noël, vous entendrez certainement des sonorités à base de tambour et verrez des gens chanter en chœur. Ne soyez pas étonnés, il s'agit des traditionnels « Chanté-Nwel ».

Cantique Chanté Nwel Cette tradition martiniquaise remonte à la période de l'esclavage. En effet, le Code Noir exigeait que les esclaves soient « baptisés et instruits dans la religion catholique romaine ». Ainsi aux traditionnels cantiques de Noël, en français, chantés à l'église se sont mélangés des sonorités venues d'Afrique, le continent d'origine des esclaves, ainsi que des paroles en créole parfois sacrées, parfois profanes. Ces cantiques étaient accompagnés de tambours et autres instruments de musique dont ils avaient fait l'apprentissage auprès des Jésuites pour les offices religieux.

Plusieurs siècles plus tard, au 20ème siècle, les Chanté-Nwel étaient entonnés avec les amis, familles, voisins, proches. Le Chanté-Nwel ne peut aucunement être résumé au seul fait d'être des cantiques de Noël chantés en public. C'est un vrai moment de communion entre la population locale et allie la tradition martiniquaise, la chrétienté et toute la gastronomie qui fait le folklore de Noël. Ainsi, en chantant en commun, les gens rassemblés partagent un repas où tout le monde aura contribué dans la préparation, souvent en forme de buffet. Bien sûr, le schrubb (boisson traditionnelle de Noël à base de rhum et agrumes), les bouteilles de rhum et autres saveurs locales étaient présentes et trouvaient preneurs au cours de la soirée.

Aujourd'hui, plusieurs siècles après l'esclavage, la tradition persiste en Martinique. Plusieurs nouvelles chansons locales et intégralement en créole ont rejoint les cantiques existants par exemple Loulou Boislaville a créé la chanson « An nou chanté Nwel » qui débute souvent les Chanté Nwel.

Des groupes tels que Ravine Plate, Bakoua Nwel, Rassin' Nwel, Kantik Vauclin, Mazincoin et autres, sillonnent la Martinique et rassemblent des foules venues avec pour seul objet, le recueil vert où sont inscrites les paroles des cantiques de Noël.

Publicités Google